velo electrique paris
EUROPE

Les nouvelles traversées de paris

Entre promenades plantées, ouvertures dominicales et grand-messes estivales, les voies réservées, vertes ou non, tracent irrésistiblement leur sillon dans le dense tissu urbain parisien. Le mouvement a véritablement commencé avec la réalisation de la promenade plantée, sur le tracé en viaduc de l’ancienne de la Bastille.

La coulée verte ouvre Paris à la nature

Réservée aux seuls piétons dans sa première partie (entre l’avenue Ledru-Rollin et le jardin de Reuilly), la nouvelle coulée verte, sa première dénomination, permettait aux randonneurs et joggeurs, mais aussi aux cyclistes et aux rollers, de rejoindre le bois de Vincennes via l’ancienne gare de Reuilly et une traversée souterraine du périphérique est. La piste cyclable de l’Ourcq traverse le parc de la Villette… Et même la bibliothèque Francois-Mitterrand est désormais accessible par tous les moyens deux roues, vélo, vélo électrique, rollers, draisienne, draisienne électrique, trottinette… !

Paris s’ouvre au cyclotourisme

Opération rapidement épaulée par l’ouverture dominicale aux mêmes rollers et cyclo-pédestres de la voie sur berge Georges-Pompidou, puis des deux chaussées latérales du canal Saint-Martin entre la place Stalingrad et la Bastille. Tandis qu’un double cheminement cyclo-pédestre le long du bassin de la Villette mettait en continuité la piste cyclable de l’Ourcq, la Cité des Sciences et le reste du réseau parisien. Au rythme actuel d’ouverture de bandes et de pistes cyclables, le réseau, qui avoisine d’ores et déjà les 400 Km, devrait permettre à Paris de rejoindre bientôt le niveau d’équipement des métropoles modernes. Les grandes concentrations du vendredi soir (Friday night fever) pour les rollers, du samedi et du dimanche pour les pratiquants débutants ou familiaux des nouvelles glisses urbaines, les grandes fêtes des mois d’été (Paris-Plage ou leur équivalent dès le début des années 2000) y ont eu leur rôle. La reconquête, partagée au moins, de la forteresse parisienne est en marche, qui permet déjà plus d’imaginer dans la capitale un quelconque aménagement de voirie qui ne prendrait pas en compte les nouveaux besoins. Le dernier chalenge, et non le moindre, sera de les raccorder entre eux ! Dernier objectif des alternatifs du loisir à Paris est la création rapide d’une promenade cyclable continue en bord de Seine, ainsi que la jonction du canal de l’Ourcq et du parc de la Villette à la Seine, via le canal Saint-Denis.

A voir sur la route

La Villette pour fa Géode, la Grande Halle, la Cité des sciences et la Cité de la musique, mais pour son parc surtout, l’un des trois derniers, et des plus réussis, de la Ville de Paris avec le parc Citroën et le parc de Bercy. Dans l’axe, le bassin du même nom avec son pont levant et sa rotonde de Ledoux, ancien octroi de la cité. Plus loin, les berges du canal Saint-Martin, l’Hôtel du Nord et le parcours souterrain de la voie d’eau jusqu’au port de plaisance de Paris, le bassin de l’Arsenal. À partir de la Bastille, on ne manquera pas, direction gare de Lyon, la fameuse promenade plantée, bien sûr ! À prendre par le haut ou par le bas, en suivant son déroulé aérien ou en longeant, sur l’avenue Daumesnil, les boutiques et magasins qui ont pris place sous les voûtes restaurées de l’ancien viaduc. Enfin, côté Seine, l’immense privilège d’un plaisir si longtemps interdit, les jours au moins où elles sont ouvertes aux circulations douces, les voies sur berges et les vues imprenables qu’elles offrent sur la Seine, les monuments et bâtiments qu’elles longent, comme sur les ponts qu’elles traversent.

Récapitulatif des voies vertes et pistes cyclables d’Ile-de-France

  • Paris intra-muros, plus de 400 km de pistes, voies réservées et bandes cyclables.
  • Bois de Vincennes et bois de Boulogne, respectivement 13 et 14 km de pistes cyclables et de routes interdites à toute circulation motorisée.
  • Promenade de l’Orge, 18 km de pistes cyclables, d’Athis-Mons à Brétigny-sur-Orge.
  • Coulée verte du Sud Parisien, 15 km de pistes cyclables, de Montparnasse (Malakoff/plateau de Vanves) à Palaiseau, en suivant la tranchée du TGV Atlantique.
  • Promenade de la Marne, une quarantaine de kilomètres de pistes et de rues tranquilles du pont Charles-de-Gaulle (gare d’Austerlitz) jusqu’à Noisiel.
  • Canal de l’Ourcq, 25 km de chemin de halage asphalté, du parc de la Villette Gressy (Claye-Souilly). Le reste du parcours, jusqu’à Meaux, est toujours en attente de traitement.
  • Forêt de Rambouillet, 18 km, de Montfort-l’Amaury à Rambouillet.
  • Parcs et forêts de La Courneuve, Fausse-Repose, Notre-Dame, Marly, Montmorency, Saint-Germain et Sénart comportent tous des pistes cyclables ou des circuits empruntant, parfois sur plusieurs dizaines de kilomètres, des routes fermées à toute circulation motorisée.
Vous aimez alors partagez